Nécessaires postures alternatives…

Le vingt et unième siècle commence maintenant, tel est le titre d’un article de Jérôme Baschet, historien et maître de conférence à l’EHESS, publié le 4 avril dernier dans Le Monde. Il n’est désormais pas un jour sans qu’un journal, un site internet, un blog ou une radio publie une tribune pour analyser les causes et les conséquences de la pandémie de covid19 et de la décision politique de confinement mondialisé qui l’accompagne. Sous la pression d’un réchauffement climatique promis à 3 ou 4 degrés de hausse moyenne d’ici la fin du siècle, chacune de ces réflexions publiées sonne comme une alerte et en appelle à développer en tous domaines des manières de vivre alternatives pour tenter de limiter les désastres à venir.

« Nous voici de plain-pied dans le XXIe siècle, écrit Jérôme Baschet dans cet article. La véritable guerre qui va se jouer n’a pas le coronavirus pour ennemi, mais verra s’affronter deux options opposées : d’un côté, la poursuite d’un monde où le fanatisme de la marchandise règne en maître et où le productivisme compulsif ne peut que mener à l’approfondissement de la dévastation en cours ; de l’autre, l’invention, qui déjà tâtonne en mille lieux, de nouvelles manières d’exister qui rompraient avec l’impératif catégorique de l’économie, afin de privilégier une vie bonne pour toutes et tous. Préférant l’intensité joyeuse du qualitatif aux fausses promesses d’une impossible illimitation, celle-ci conjoindrait le souci attentif des milieux habités et des interactions du vivant, la construction du commun, l’entraide et la solidarité, ou encore la capacité collective d’auto-organisation et d’autogouvernement. »

Il n’aurait pu mieux décrire le programme de recherche dans lequel s’inscrit le DSAA Alternatives urbaines depuis maintenant plus de six ans. En effet, le DSAA Alternatives urbaines est une formation de design d’espace (architecture, paysage, scénographie) entièrement dédiée à la compréhension des bouleversements actuels et à l’élaboration de postures diverses, capables de se promener dans ce monde étrange,  sans tristesse. Puisque le siècle commence enfin et qu’il appelle à l’élaboration d’autres modes de vie socialement plus équitables, plus respectueux des milieux et plus attentifs à l’écologie de nos relations, nous vous invitons à venir travailler avec nous pour participer activement à l’émergence de ces alternatives urbaines et à celle de nouvelles intensités rurales.