« VIVRE COMME UN OCÉAN », VOYAGE – SÉMINAIRE EN CHARENTE-MARITIME

Par Ohana Ezran et Noé Campredon

/// Du 9 au 13 octobre 2018, le DSAA Alt-U s’est rendu en Charente-Maritime à l’occasion du séminaire « Vivre comme un Océan ». Cette semaine d’immersion au cœur des marais a été l’occasion de comprendre les enjeux et les problématiques liés au littoral charentais, ce milieu chargé d’histoire et à l’équilibre fragile. Comment les activités humaines et les aménagements architecturaux et paysagers peuvent-ils prendre place le plus justement possible dans ce milieu ? Quelles relations se tissent entre l’homme et son milieu ? Comment prendre en compte l’histoire dans les perspectives d’aménagement ? Que transmet-on aux générations futures ? Quels liens avec le métier de designer ? A la construction de quel monde voulons-nous participer ? Un « monde » au sens que lui donne Sébastien Marot : « un lieu où l’on habite, où l’on travaille et où l’on peut partir en vacances. »

Programme

Pendant une semaine, étudiants et professeurs ont habité au domaine de Chatressac, dans la petite commune de Chaillevette. Habiter au sens large : trouver sa place, prendre part à la vie du lieu, y participer activement afin de tisser des relations de qualité, tendre vers une cohabitation conviviale et délicate à la modeste échelle du domaine. De la même manière, les interventions et visites de la semaine nous ont permis de cerner les différents points de vue concernant le milieu charentais.
Des points de vue qui ont aiguisé notre regard quant à la recherche d’un équilibre qui permet à toute forme de vie (humaine et non humaine) de perdurer. Alors, pour nous rapprocher de cet équilibre ou plutôt de de ce sentiment d’unité, nous avons tenté de « vivre comme un océan ».

Un sentiment qu’illustre très bien André Comte-Sponville : « Au fond, c’est ce que Freud décrit comme « un sentiment d’union indissoluble avec le grand Tout, et d’appartenance à l’universel ». Ainsi la vague ou la goutte d’eau, dans l’océan… Le plus souvent, ce n’est qu’un sentiment, en effet. Mais il arrive que ce soit une expérience, parfois bouleversante, ce que les psychologues américains appellent aujourd’hui un « altered state of consciousness« , un état modifié de conscience. Expérience de quoi ? Expérience de l’unité. »

Lundi 9 : Dépaysement

Rencontre avec Bruno Toison, ancien directeur du Conservatoire du littoral. Une entrée en matière sur le littoral Charentais, par la question des enjeux de ce milieu liés à l’activité humaine. Bruno Toison nous fit part de ses expériences et anecdotes en ce qui concerne la protection de la biodiversité charentaise prise dans un nouveau régime climatique.

Mardi 10 : Vivre avec le littoral

Matin : Visite du Domaine de Chatressac et ses marais alentours.
Après-midi : Discussion et présentation du Domaine de Chatressac, un écosystème culturel : un atelier d’architecture, une entreprise de bâtiment, une association, pour une vision globale. Les membres du Domaine de Chatressac nous ont exposés le rôle et la nature de leur agence ATAU (atelier d’architecture et d’urbanisme). Elle prône avant tout la constructions de relations avec les différents acteurs d’un projet. Cette rencontre va être alimentée par un exercice de conception et d’appropriation collective du projet afin de tendre le plus justement possible vers un rêve commun.

Soirée : Rencontre avec Cédric Viaud, ostréiculteur et Roger Cougot de l’association « l’Huître Pédagogique », qui nous ont partagé leur pratique d’ostréiculteur et l’articulation complexe que représente l’huître entre les milieux et les Hommes, ne serait-ce que par la création d’un paysage de marais adapté à l’ostréiculture. Le moindre déséquilibre au sein de ce milieu est immédiatement perceptible car les huîtres qui filtrent l’eau sont sensibles à la qualité de l’eau en question. Or l’eau est polluée par plusieurs facteurs dont les sources, à une échelle qui dépasse celle de l’ostréiculture. Finalement, en partant d’une huître, Cédric et Roger nous ont initié à un regard sur la complexité globale du territoire de la Charente-Maritime.

Mercredi 11 : Du béton au sable

Matin : Royan, à la découverte d’une ville et de ses constructions des années 50.
Après midi : Marche/immersion au bord de la mer.
L’après midi a été consacré à un temps sur la plage, sans aucune contrainte. L’objectif était de marcher, observer, écouter, explorer, s’allonger, découvrir la plage qui s’étendait à perte de vue afin de ressentir pleinement ce que Romain Rolland appelait « le sentiment océanique ».
Soirée : Le sentiment océanique, lectures partagées
La soirée a été l’occasion d’approfondir cette notion à travers des lectures partagées. Chacun était invité à apporter un texte en rapport avec le sentiment océanique afin de le lire à haute voix au reste du groupe. Nous avons ainsi pu partager plusieurs interprétations de ce sentiment particulier, découvrir ou redécouvrir des ouvrages ayant marqué quelqu’un.

Jeudi 12 : Ce dont nous héritons

Matin : La Rochelle, actualité de la notion de patrimoine avec Manon Hansmann.
Jeudi, la journée a commencé avec la rencontre de Manon Hansmann, Architecte Urbaniste de l’État en Charente, qui nous a reçus dans l’une des tours de La Rochelle. Manon nous a expliqué le rôle des architectes d’état mais aussi l’histoire et les implications des notions de patrimoine et de monument historique. Nous en avons ainsi appris plus sur le travail de protection réalisé par les architectes du patrimoine dans un but de transmission aux générations futures. S’en est suivi une visite de la tour de la Chaîne, fortification maritime médiévale devenue prison au XVIème siècle, d’abord pour les protestants, puis pour les marins étrangers et enfin pour militaires au XIXème siècle. Les nombreux « graffitis » gravés dans la pierre témoignent de ce passé. Certains sont spectaculaires de réalisme, à tel point qu’ils ont permis aux historiens d’en apprendre beaucoup sur les bateaux de l’époque, que les corsaires prisonniers dessinaient avec précision.
Après-midi : Travaux au domaine de Chatressac et marche dans les marais.
De retour à Chatressac, nous avons eu l’occasion d’en apprendre plus sur le domaine dans lequel nous étions reçus. Une visite guidée nous a permis de nous rendre compte de l’étendue des travaux de rénovation réalisés lors des chantiers d’été organisés par l’ATAU ainsi que de ce qui était projeté pour le futur. Nous avons également découvert l’étendue de la propriété et des marais alentours.
Soirée : Royan, la bombe et Hiroshima selon Howard Zinn et Gunter Anders avec Patrick Frêche.
Le soir, Patrick Frêche, libraire à Royan, nous a parlé des bombardements d’Hiroshima et de Royan à travers l’histoire D’Howard Zine, un Américain qui a fait la guerre dans l’armée de l’air. Il a participé au bombardement de Royan et aux expérimentations de bombardement au napalm. Très fier de son travail à l’époque, il a su prendre du recul pour dénoncer plus tard ces agissements. Il est devenu militant dans des mouvements pacifiques d’opposition à la politique étrangère des États-Unis et pour les droits civiques en Alabama. Auteur et Historien, il a témoigné sur son expérience en tant que militaire.

Vendredi 13 : La possibilité d’une île

Matin : Visite du théâtre d’ardoise de l’île d’Oléron, une émergence fraternelle et populaire avec Jean-Marc Chailloleau, ostréiculteur.
Vendredi Matin, nous avons été reçus par Jean-Marc Chailloleau au théâtre d’ardoise. Jean-Marc est ostréiculteur et a décidé d’installer un théâtre au cœur de ses marais pour partager son amour du métier tout en amenant la culture dans les marais de l’île d’Oléron. Situé dans un lieu d’exception et construit entièrement en matériaux locaux, le théâtre d’ardoise propose chaque été depuis 2009 une sélection de spectacles. Pionnier dans son genre, il fait aujourd’hui face à de nombreux problèmes juridiques puisque la réglementation pour ce cas de figure particulier n’existe pas encore. Jean-Marc nous a donc fait part avec beaucoup d’humour de son combat pour la survie de son théâtre, soutenu par bon nombre des comédiens et spectateurs qui sont passés par là.
Après-midi : Bilan et partage d’expériences, questionnements, enseignements
L’après-midi de ce dernier jour a été consacrée au bilan de cette riche semaine de séminaire.
Chacun a pu partager un moment de la semaine qui lui a semblé particulièrement remarquable et nous avons fait une mise en commun des thématiques ayant émergé au long de la semaine autour des différentes interventions et de la vie en communauté. Ancrage dans son milieu, transgression, rapport entre naturel et construit, entre l’homme et la nature sont quelques unes des thématiques qui sont ressorties de ces débats.
Soirée : Surprise )
Pour clôturer la semaine en beauté, nous avons reçu à dîner au domaine de Chatressac une pianiste talentueuse qui a ponctué la soirée d’interventions musicales retraçant son histoire.