Vivre comme une montagne – Voyage-séminaire dans la Drôme.

Le programme du voyage d’étude de l’automne 2015, destiné aux deux classes du DSAA de Vitry, a été construit de manière à comprendre comment une série d’initiatives éco-responsables locales, parfois d’ampleur modeste, peuvent construire une identité à l’échelle d’un territoire. Les démarches singulières observées dans cette « Bio-Vallée » de la Drôme, qu’elles soient politiques, sociales, économiques, culturelles, paysagères, sont toutes tournées vers la recherche d’une redéfinition des modalités de l’action collective, vers davantage de solidarité, de mieux-vivre, et vers une attention plus grande portée au respect de l’environnement dans lequel elles évoluent. A partir d’un point de chute privilégié – l’ancien monastère du petit village de Sainte Croix – nous sommes partis à la rencontre d’acteurs économiques locaux, habitants, acteurs associatifs, journalistes et cinéastes portant un regard engagé et militant sur la vie de leur région… tout en prenant le temps de lire et de marcher dans la montagne pour éprouver les liens géographiques qui unissent toutes ces initiatives !

(Précisions et programme du séminaire après les photos)

Pour aller plus loin, on pourrait dire que ce voyage-séminaire a voulu s’appuyer sur les auteurs/artistes qui tentent de déployer une pensée de la relation entre l’homme et la terre basée sur le sentiment d’une participation pleine et entière au mouvement général du cosmos. Anthropologues, philosophes, écologistes, poètes, peintres, musiciens, cinéastes, architectes, paysagistes… nombreux sont ceux dont l’œuvre s’est tissée sur ce canevas que l’on pourrait qualifier d’animisme concret, malgré la position anthropomorphique ultra-dominante que la science occidentale et les monothéismes développent depuis plus d’un millénaire.
Au moment où la pensée mécaniste de la terre butte sur les conséquences de sa propre réussite en observant les premiers signes du changement climatique en cours, il nous semblait nécessaire d’explorer d’autres pistes, d’autres postures qui, souvent de façon discrète, n’ont jamais cessé de suivre leur propre fil. L’objet de ce séminaire a donc été de réexaminer l’actualité de cette posture au début du 21ème siècle à travers des productions de l’esprit aussi bien que par des expériences de vie et des observations in situ permettant d’éprouver pleinement notre participation à la Terre plus-qu’humaine. Il s’agissait donc non seulement de « penser comme une montagne » comme le proposait Aldo Léopold mais aussi, pour quelques jours, de vivre comme une montagne.

En plus des randonnées, des soirées-lectures ou musicales, des temps de réflexion, de partage, d’écriture, de pétanque et de cassage de noix, le programme a été dense :

  • Rencontre avec Samuel Bonvoisin, co-initiateur du projet l’« Oasis de Serandip » qui allie, dans un village Drômois, ferme en permaculture, espace d’apprentissage basé sur des pédagogies alternatives et lieu d’accueil pour tourisme solidaire. Samuel Bonvoisin, par ailleurs administrateur de l’association « le Printemps de l’éducation », nous a également parlé du mouvement des Colibris et de Terre de Liens, association née en 2003 de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie solidaire et le développement rural.
  • Rencontre avec Maurice Chaudière, poète, philosophe, écrivain, arboriculteur et sculpteur, qui nous a fait partager sa vision humaniste et écologique d’intervention sur la Nature à travers deux de ses spécialités : la greffe sur arbres sauvages et l’apiculture naturelle. Un invité de marque est venu partager ce moment avec nous : l’architecte André Ravéreau, né en 1919, qui cumule aujourd’hui une œuvre construite et écrite qui est un manifeste en faveur d’une architecture « cohérente » et « située ». Il s’est beaucoup consacré à l’étude des architectures et cultures méditerranéennes, toujours dans le souci de comparer la pertinence du geste « savant » à celle du savoir-faire « vernaculaire ».
  • Rencontre avec Pierre Lavigne, enseignant-chercheur en retraite, spécialiste de la construction bioclimatique et de la thermique du bâtiment, dans la maison qu’il s’est faite construire selon ses préconisations architecturales et énergétiques.
  • Visite d’« Habiterre », grande opération d’habitat groupé, écologique & participatif, visite des lieux avec l’un de ses habitants.
  • Rencontre avec Elisa Dumay, fondatrice de l’association De l’Aire, structure qui imagine ou accompagne des projets culturels ou des productions artistiques interrogeant la notion de partage de l’espace public, à travers des actions coopératives et créatives.
  • Rencontre avec Jérôme Aubert, directeur de la Fondation Robert Ardouvin, qui nous a présenté l’histoire, les activités et le fonctionnement de cette structure d’éducation alternative très singulière.
  • Rencontre à Saillans avec Vincent Beillard, maire de la commune, pour présenter le fonctionnement participatif inédit du village.
  • Rencontre avec la réalisatrice Doris Buttignol, et projection de son film « No Gazaran ».
  • Apéro-Vinyl à l’Oignon, local associatif initateur de nombreuse manifestations culturelles, agriculturelles, et cercle républicain.
  • Rencontre avec le réalisateur Pierre Lacourt et projection de son film documentaire « Retour sur terre » (2011), qui questionne l’avenir de notre monde drogué au pétrole.
Publicités